LES JARDINS DE GAMBETTA

SÉRIE DE PHOTOGRAPHIES
10 FORMATS VARIABLES

DENIS THOMAS
NÉ À LIMOGES (81), 1973
VIT ET TRAVAILLE À CENON (33)

Denis Thomas questionne à travers ses prises de vues et au gré de ses cheminements, la fabrication de la ville. Artiste photographe et architecte intérieur diplômé en 1997 de l'École supérieure des beaux-arts d'Angers, il porte un regard singulier sur les espaces urbains révèlant leur spécificité, leur morphologie, leur histoire. Il explore au quotidien des lieux en attente, en mutation ou en requalifiquation comme pour en prendre le pouls et diagnostiquer la santé de la ville comme un épiderme toujours à vif.

L'artiste photographe explore depuis 2009 par des allers-retours, presque un demi-siècle après sa transformation, le quartier de Mériadeck de Bordeaux qui a pour particularité d'être reconstruit en 1971 sur les principes de ce que l'on appelle l'urbanisme sur dalle, en terrasses. Ce système de la ville sur la ville par un décollement du sol nous rapproche des utopies architecturales des années 60 à travers les projets de Yona Friedman (La ville spatiale) et de Constant (New Babylon). Denis Thomas accorde, dans ses prises de vues, une place fantomatique à la figure humaine presque absente, les silhouettes apparaissent comme un signe, une ombre. Cette dépersonnalisation du rapport labyrinthique à l'espace dans les "Jardins de Gambetta" dont les espaces verts apparaissent dans des reflets, renvoie le regardeur à sa propre lecture utilitariste de l'espace.

L'exposition "Les jardins de Gambetta" de Denis Thomas s'apparente à une balade urbaine qui invite à la redécouverte de cet ailleurs dans la ville en croisant selon ses points de vues photographiques l'histoire d'un urbanisme utopique au contexte bordelais. L'ancien quartier populaire, autrefois bâti sur un marécage, caractérisé par une population très hétéroclite, son marché aux puces et de la prostitution a en effet été transformé de 1969 à 1980 en un quartier essentiellement administratif et commercial réunissant bureaux, résidences, commerces et hôtels. 
En jouant à obturer la perspective par des masses de béton du nouveau quartier, Denis Thomas compose et juxtapose en des plans successifs les formes et les textures, ce qui rappelle l'esprit des collages chez Rauchenberg. Denis Thomas associe la mémoire de l'ancien quartier au nouveau qui semble déjà suranné. La fabrique des espaces urbains étant l'atelier-même de l'artiste, il nous propose un état des lieux nous laissant une libre-interprétation sur les potentiels du processus de la fabrique urbaine. Valérie CHAMPIGNY

ARCHIVE VIDÉO INA
Présentation en 1964 de la maquette du futur quartier Mériadeck à la foire internationale de Bordeaux.