URBAINS ORDINAIRES

SÉRIE PHOTOGRAPHIQUE
10 FORMATS VARIABLES

FRÉDÉRIC DESMESURE
NÉ À TALENCE (33), 1964
VIT ET TRAVAILLE À BORDEAUX

Frédéric Desmesure est photographe et titulaire du Diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles, (1991, promotion Charles Nègre). Il est aujourd'hui en charge de la programmation artistique de la Maison de la Photographie des Landes à Labouheyre.

URBAINS ORDINAIRES 
Mes Urbains ordinaires ont été realisés entre 2009 et 2013 dans plusieurs villes d’Europe, puis au Japon, au Maroc et enfin dans la ville des villes à New-york. Les centres-villes occidentaux (ou par assimilation) sont le lieu et l’esprit d’une mondialisation, d’une société de la consommation où l’illusion et l’apparence posent leurs règles. Vingt ans à photographier le spectacle vivant m'ont appris à distinguer les trois éléments incontournables, trois dimensions avec lesquelles le metteur en scène, le chorégraphe fabriquent leur œuvre : la scène, le décor et les artistes. Pour ma part j’utilise ce même système en trois points et de manière frontale: je reconnais et capte une mise en espace éphémère et signifiante dans le chaos de l’agitation urbaine.
Vers une conscience du monde, c’est devenir pleinement spectateur de la vie, sentir et ressentir le flux du temps, lire et vivre les scènes qui défilent devant nous, contempler la beauté sans cesse en mouvement, en construction et destruction. Jouir de toutes ces sensations puis figer ces émotions en un seul clic. Baudrillard écrit : “ Ce dont les choses rêvent, ce dont nous rêvons, ce n’est pas de mouvement, c’est de cette immobilité plus intense.”  - Alors il faut voyager hors de soi pour fuir ses habitudes, devenir libre et pleinement disponible au monde : être photographe. Frédéric DESMESURE

Photographies « urbaines », dans la ville, dans n’importe quelle ville mondialisée, dans l’urbain, au cœur de l’urbain, en plein dans le processus d’urbanisation ; « ordinaires » parce que banales, presque insignifiantes, d’une quotidienneté vécue par tous les urbains mondialisés. Enfin, « scènes » car rencontres entre de l’individu, du collectif, de l’urbain, et du cadrage photographique ; lequel cerne à la fois au plus près, au plus précis, au plus transversal, au plus synthétique ; bref au plus signifiant, la mise en scène de la vie quotidienne et la rencontre du privé et du public. Nicolas SEMBEL, sociologue

Ensemble des villes parcourues de 2009 à 2013 : Budapest, Kosicé, Varsovie, Cracovie, Poznam, Londres, Dublin, Rome, Copenhague, Francfort, Bruxelles, Athènes, Madrid, Barcelone, Meknes, Fès, Rabat, Marrakech, Casablanca,Tokyo, Hiroshima, Fukushima, New-york.